Cabinet Ostéopathe Mont de Marsan

college osteopathique bordeaux Carte visite ostéopathe Do Helene DUSSION “Résultats et interprétation” du traitement ostéopathique cranien face à l'autisme

TROISIEME PARTIE

I.Résultats et interprétation
III.1.Résultats
III.1.1.Analyse descriptive de l’évaluation objective

Score des enfants aux différentes CARS réalisées
Score des enfants autistes aux différentes CARS
Graphique des scores des enfants

Suite au recueil des données, nous ne pouvons pas conclure, à une amélioration après le traitement ostéopathique. La CARS montre une limite dans cette étude, cette échelle permet certes de poser un diagnostic mais elle ne permet pas de suivre à court terme l’évolution des enfants. Elle présente trop de critères, qui sont assez vastes et ne cible pas les évolutions plus fines, observables au quotidien.

III.1.2.Analyse descriptive de l’évaluation subjective

Première séance
Graphique représentant l’état des enfants autistes première séance
Graphique représentant l’état des enfants : 1ière séance

A l’aide de ce graphique nous pouvons constater qu’avant la séance 57,1% des enfants étaient agités, 28,57% étaient calmes et enfin 14,28% étaient dans un état jugé habituel par leurs parents. A l’issue de la séance 100% des enfants sont calmes. Dans la semaine et le mois qui ont suivi la première séance d’ostéopathie 100% des enfants étaient dans leurs états habituels, ce qui signifie qu’il n’y a pas de changement de comportement.

Deuxième séance
Graphique représentant l’état des enfants autistes deuxième séance
Graphique représentant l’état des enfants : 2ième séance

A l’aide de ce graphique nous pouvons constater qu’avant la séance 28,57% des enfants étaient agités, 28,57% étaient calmes et enfin 42,85% étaient dans un état habituel. A l’issue de la séance 100% des enfants sont calmes. Dans la semaine et le mois qui ont suivi la deuxième séance d’ostéopathie 100% des enfants étaient dans des états habituels, ce qui signifie qu’il n’y a pas de changement de comportement.

Troisième séance
Graphique représentant l’état des enfants autistes troisième séance
Graphique représentant l’état des enfants : 3ième séance

A l’aide de ce graphique nous pouvons constater qu’avant la séance 71,42% des enfants étaient agités avant la séance, 14,28% étaient calmes et enfin 14,28% étaient dans un état habituel. A l’issue de la séance 100% des enfants sont calmes. Dans la semaine qui a suivi cette troisième séance d’ostéopathie 28,57% des enfants étaient calmes et le reste des enfants sont dans leurs états habituels. Au cours du mois 100% des enfants étaient dans des états habituels, ce qui signifie qu’il n’y a pas de changement de comportement.

Quatrième séance
Graphique représentant l’état des enfants autistes quatrième séance
Graphique représentant l’état des enfants : 4ième séance

A l’aide de ce graphique nous pouvons constater qu’avant la séance 42,85% des enfants étaient agités avant la séance, 28,57% étaient calmes et enfin 28,57% étaient dans un état habituel. A l’issue de la séance 100% des enfants sont calmes. Dans la semaine qui a suivi cette quatrième séance d’ostéopathie 57,14% des enfants étaient calmes. Au cours du mois 100% des enfants étaient dans des états habituels, ce qui signifie qu’il n’y a pas de changement de comportement.

Une évolution de l’enfant a-t-elle été remarquée
évolution de l’enfant souffrant d'autisme au cours des séances d'ostéopathie
Graphique de l’évolution de l’enfant au cours des séances

Ce graphique nous permet de constater qu’une évolution du comportement de l’enfant a été remarquée par son entourage après les séances 3 et 4. Après la troisième séance 42,85% avoue avoir remarqué une évolution, suite à la quatrième séance 71,42% remarque une évolution. Il y a des changements positifs dans le comportement des enfants suite aux séances d’ostéopathie.

III.2.Interprétation des résultats
III.2.1.Interprétation de résultats de l’étude objective

Une fois les 4 consultations réalisées pour chacun des dix patients, une analyse des résultats a été effectuée.

Malheureusement après plusieurs essais la CARS ne nous permet pas de mettre en lumière une évolution des résultats. Effectivement, si elle est un bon support de diagnostic du spectre autistique, la cotation de la CARS ne permet pas une évaluation assez fine de l’évolution de l’enfant. En effet, au-delà des trois scores seuils, les critères d’évaluation ne semblent pas assez fins ce qui ne permet pas de mettre en lumière une variation individuelle à l’intérieur de ces scores seuils.

Il nous paraît important de rappeler que l’évaluation des troubles autistiques au moyen d’une échelle constitue avant tout une rencontre humaine. Ce qui implique en soi une certaine subjectivité dans la passation et dans la cotation. Il est donc nécessaire de prendre en compte cette dimension humaine lors de la passation, afin de rester clinicien.

III.2.2.Interprétation de résultats de l’étude subjective

Les échelles d’évaluation peuvent être un instrument de travail utile si elles font partie d’une approche plus globale. En effet, les évaluations permettent d’objectiver un trouble et également de positionner le sujet par rapport à une « norme » (par exemple pour la CARS en dessous de 30 pas d’autisme, de 30 à 37 autisme léger à moyen, etc.). Notre étude nous rappelle encore une fois que les scores obtenus à une échelle doivent être interprétés au regard du contexte environnemental, familial, social et psychologique du patient. En effet, au vu de la complexité du syndrome autistique, seule une approche globale semble pertinente.

Suite au recueil des résultats de l’évaluation subjective nous avons pu mettre en évidence un changement dans le comportement des enfants. Ce changement est immédiat à la suite des séances, les enfants sont calmes, voire pour certains comme indiqué sur les questionnaires par les parents « décontracté », « souriant », « détendu » et « serein ». Ce bénéfice obtenu suite aux séances ne dure jamais plus d’une semaine, cela interpeller et nous permet peut être d’envisager des séances plus rapprochées. Cependant l’efficacité à court terme est démontrée et permet donc de répondre en partie à l’hypothèse de départ.

D’une manière plus générale et d’un point de vue ostéopathique, il est certain que plusieurs éléments subjectifs interagissent et influencent les résultats d’un traitement. Cela ne semble pas contre indiqué la pratique ostéopathique chez les enfants atteints d’autisme.

Retour Haut de Page